Mieux comprendre la déficience visuelle

Cécité et malvoyance

On considère qu’en Belgique et dans les pays industrialisés, 1 personne sur 1000 est aveugle et 1 personne sur 100 est malvoyante (estimations de l’OMS).
La cécité diminue au fil des ans, en revanche, la malvoyance tend à augmenter notamment en raison du vieillissement de la population.

La déficience visuelle est une notion parfois difficile à comprendre. En effet, chaque personne présente une vision différente. De même, les signes visibles sont particuliers: certains portent clairement le message du handicap, d’autres pas du tout.

L’amalgame entre les aveugles et les malvoyants est préjudiciable aux premiers comme aux seconds car les comportements, les problèmes et les besoins sont nettement différents voire opposés.

On définit la vision d’une personne selon deux paramètres :

  • l’acuité visuelle : permet de distinguer les détails, les formes et les couleurs. Elle est importante pour la lecture ou la reconnaissance des traits du visage.
    Pour évaluer la vue d’une personne, on utilise des échelles d’optométrie, elle se chiffre en dixièmes.
  • le champ visuel : c’est l’angle de vue de la personne, on l’appelle également la perception périphérique. Elle permet la vision des mouvements et de la pénombre.
    Le champ visuel est idéalement de 180 degrés.

Bien entendu, pour plus de précisions, beaucoup d’autres paramètres entrent en compte pour déterminer comment la personne voit.

Pour approfondir vos connaissances sur la déficience visuelle, pensez à faire appel à notre équipe !

La cécité

Une personne aveugle présente une acuité visuelle inférieure ou égale à 1/20 ème ou un champ visuel inférieur ou égal à 10 degrés. A noter que les normes de reconnaissance ne sont pas les mêmes dans tous les pays.

Certaines personnes atteintes de cécité conservent néanmoins une vue résiduelle. Ainsi, elles seront capables de percevoir la lumière (naturelle ou artificielle) tandis que d’autres seront plongées dans le noir le plus complet.

Les malvoyances

Une personne est considérée comme étant malvoyante lorsqu’elle présente une acuité visuelle en vision inférieure ou égale à trois dixièmes ou un champ visuel limité à moins de 20 degrés. Sa déficience visuelle ne peut plus être traitée ou corrigée.

Il y a de nombreuses malvoyances différentes ; c’est pourquoi ce handicap est souvent mal compris par le public. Cette absence de compréhension peut entraîner des situations délicates pour les personnes malvoyantes qui ne sont pas nécessairement considérées comme ayant une vue très difficile.

La malvoyance est complexe car il n’y a pas deux visions identiques : certaines personnes parviennent à lire mais utilisent une canne blanche pour se déplacer. D’autres utilisent une aide optique pour avoir accès à l’information mais se déplacent de manière autonome.

Il existe 4 grands types de malvoyance :

La vision floue avec un champ visuel intact
La perte de la vision périphérique
La perte de la vision centrale
La vision avec taches

 

Différents types de maladies de l’œil

Cataracte

Elle se caractérise par une opacification du cristallin qui devient trouble. L’âge constitue la cause de l’immense majorité des cataractes en raison du vieillissement naturel du cristallin. Ce phénomène est parfois dû à une maladie métabolique ou à une infection chez les enfants. Elle est souvent héréditaire.

Le principal symptôme est une myopie de plus en plus forte et diminution de la perception des détails. Au début, la personne est gênée par une sensibilité anormale à la lumière (photophobie) pouvant s’accompagner de larmoiement réflexe.

Chez l’adulte, on remplace fréquemment le cristallin par une lentille artificielle.

Difficultés principales

  • La lecture : la personne atteinte de vision floue a besoin de matériel optique grossissant.
  • La lumière : on remarque souvent une grande sensibilité à la luminosité et à l’éblouissement.

Aptitudes

  • La personne peut encore se déplacer avec une canne blanche et en connaissant les lieux de préférence.

 

Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

Cette pathologie se caractérise par une altération de la macula. Elle n’engendre pas la cécité totale car la vision périphérique demeure généralement intacte.

La macula est un tissu sensible à la lumière qui tapisse le fond de l’œil et qui est situé au centre de la rétine. Elle assure la vision centrale et la perception des détails précis qui nous permet de reconnaître un visage, de lire...

Le plus souvent, la perte de la vue commence dans un seul œil. Etant donné que l’œil sain compense, la dégénérescence maculaire peut passer inaperçue au tout début. Dans la plupart des cas, cette pathologie affectera aussi la vue de l’autre œil.

Difficultés principales

  • La lecture : demandant une grande adaptation car nos yeux lisent avec la vue centrale.
  • La vision des détails
  • La vision des couleurs

Aptitudes

  • Les déplacements : la personne, avec de la pratique et une formation adéquate, saura retrouver assez facilement son chemin.

 

Glaucome

En détruisant lentement les fibres du nerf optique, le glaucome peut conduire à la perte totale et définitive de la vision. On estime que 67 millions de personnes sont atteintes de glaucome dans le monde. La gravité de la maladie tient à son caractère insidieux et pendant longtemps silencieux : hormis l’éventualité du glaucome aigu, le glaucome n’est pas douloureux, la vision n’est pas voilée et celle des petits détails qui correspond à notre acuité visuelle centrale est conservée jusqu’à un stade très avancé de la maladie.
C’est le champ visuel qui va se trouver très lentement et progressivement entaché de zones moins sensibles qui vont augmenter et confluer au fil du temps, confrontant à ce moment seulement, la personne qui en est atteinte à un handicap sévère. Les pertes liées au glaucome sont irréversibles mais la vision peut être sauvée si celui-ci est détecté suffisamment précocement. Le glaucome chronique est une maladie assez fréquente touchant surtout les adultes après l’âge de 40 ans. Les causes exactes du glaucome ne sont pas encore parfaitement connues mais l’existence d’une pression trop élevée dans l’œil est de loin la plus fréquente et la plus importante.

Difficultés principales

  • Déplacement : la réduction du champ visuel et l’impossibilité de distinguer les mouvements gênent considérablement le déplacement. Les personnes ne peuvent plus se diriger toutes seules, ni détecter les obstacles éventuels. Une canne s’avère nécessaire pour reconnaître les trottoirs et éviter de percuter les objets
  • Besoin d’un éclairage suffisant et adéquat mais pas éblouissant pour voir efficacement.
    Dans l’obscurité et en vision nocturne, le handicap est plus important ou, dans certains cas, total.

Aptitudes

  • Lecture : certaines personnes conservent des capacités de lecture mais, pour lire efficacement, elles ont besoin d’une taille de caractère réduite, adaptée à leur champ visuel restreint. Cependant, lorsque la taille idéale des caractères dépasse le tunnel de vision, la lecture devient impossible.

 

Myopie aiguë

Il s’agit d’une myopie ne pouvant être corrigée par des lunettes ou des lentilles. La vision est très floue et on distingue mal les détails et les couleurs.

Difficultés principales

  • La lecture : la personne atteinte de vision floue a besoin de matériel optique grossissant.
  • La lumière : on remarque souvent une grande sensibilité à la luminosité et à l’éblouissement.

Aptitudes

  • La personne peut encore se déplacer avec une canne blanche et en connaissant les lieux de préférence.

 

Rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique est l’affection oculaire la plus grave associée au diabète.

Avec le temps, le diabète finit par modifier la structure de la rétine, membrane photosensible tapissant le fond de l’œil. À mesure que la maladie progresse, de petits vaisseaux sanguins commencent à se former sur la rétine. Ces vaisseaux peuvent exsuder des liquides ou commencer à saigner ; cette affection peut mener à la cécité si elle n’est pas soignée. La visions sera une vision avec taches.

Difficultés principales

  • La lecture : pour certaines personnes, elle est rendue difficile par le texte qui paraît déformé et flou et les lettres qui semblent disparaître.

Aptitudes

  • Déplacements : la personne garde une bonne autonomie.

 

Rétinopathie pigmentaire

La maladie se caractérise par une baisse de vision très lentement progressive, surtout marquée sous faible éclairage. La vision s’amenuise et le sujet porteur de l’affection éprouve de plus en plus de difficulté surtout à la lecture. A terme, tout le champ visuel central est aussi touché.

Difficultés principales

  • Déplacement : la réduction du champ visuel et l’impossibilité de distinguer les mouvements gênent considérablement le déplacement. Les personnes ne peuvent plus se diriger toutes seules, ni détecter les obstacles éventuels. Une canne s’avère nécessaire pour reconnaître les trottoirs et éviter de percuter des objets.
  • Besoin d’un éclairage suffisant et adéquat mais pas éblouissant pour voir efficacement. Dans l’obscurité et en vision nocturne, le handicap est plus important ou, dans certains cas, total.

Aptitudes

  • Lecture : certaines personnes conservent des capacités de lecture mais, pour lire efficacement, elles ont besoin d’une taille de caractère réduite adaptée à leur champ visuel restreint. Cependant, lorsque la taille idéale des caractères dépasse le tunnel de vision, la lecture devient impossible.

Décollement de la rétine

C’est une pathologie assez rare qui se manifeste par une séparation de la rétine par rapport aux membranes externes du globe oculaire. Elle peut mener à la cécité si elle n’est pas traitée rapidement. Cette maladie atteint surtout les personnes de 45 à 60 ans, les myopes et les diabétiques.

 

Pour approfondir vos connaissances sur la déficience visuelle, pensez à faire appel à notre équipe !